18 décembre 2017

Comment trouver vos passions ?

Rappelez-vous quand vous étiez enfant ? Vous faisiez juste les choses spontanément qui vous intéressaient. Jouer au football, aux jeux vidéo. Vous posiez les questions sans vous demander si la question était bête. Vous étiez guidé par votre curiosité et votre excitation.
Si vous n’aimiez plus quelque chose, vous arrêtiez. Il n’y avait pas de culpabilité, de peur du regard des autres. Vous faisiez les choses que vous aimiez.
Si vous aimiez compter les fourmis, vous ne vous disiez pas : « Est-ce que je suis bizarre de compter les fourmis ? Cela va-t-il affecter mon avenir si je compte les fourmis ou pas ? »
Il n’y avait pas toute cette torture de l’esprit. Si vous aimiez faire quelque chose, vous le faisiez.

J’ai reçu de nombreux e-mails et discuté avec des clients qui me demandent comment trouver leur voie professionnelle, que faire de leur vie. On attend souvent de moi que j’aide les personnes à trouver une idée, comment trouver leur passion.

Il s’agit selon moi de la mauvaise façon de penser voir article (état d’esprit de la réussite).

Je pense que chacun d’entre nous connaît déjà sa passion, et qu’on l’ignore juste. Nous sommes réveillés 16 heures par jour. Que faites-vous de votre temps ?

Vous faites quelque chose, évidemment. Vous parlez de quelque chose. Il y a un sujet ou une activité ou une idée qui domine une grande partie de votre temps libre, de vos conversations, de votre navigation sur le Web, et il les domine sans que vous le poursuiviez consciemment ou que vous le recherchiez.

C’est juste devant vous, vous êtes en train de l’éviter. Pour une raison quelconque, vous l’évitez. Vous vous dites : « Eh bien, oui, j’aime les bandes dessinées mais ça ne compte pas. Je ne peux pas gagner de l’argent avec des bandes dessinées. »

Avez-vous déjà essayé ?

Le problème n’est pas un manque de passion pour quelque chose. Le problème est la productivité, le manque d’action. Le problème est la perception. Le problème est l’acceptation.

Le problème est le suivant : « Oh, eh bien, ce n’est pas une option réaliste » ou « Maman et papa me tueraient si j’essayais de faire ça, ils disent que je devrais être médecin ».

Le problème n’est pas la passion. Ce sont vos priorités.

La question ici est, encore une fois, les attentes. Si vous pensez que vous êtes censé travailler des semaines de travail de 70 heures et dormir dans votre bureau et aimer chaque seconde, vous êtes en dehors de la réalité. Dans tout travail, il y a des moments désagréables.

Ce que vous devez trouver c’est l’équilibre.

J’ai un client qui au cours des deux dernières années a essayé de monter une application mobile, sans succès.

Puis, un jour il fut contacté par un ancien collègue qui lui demanda de réaliser un événement pour sa société. Il a adoré chaque seconde de cette mission, n’a pas vu le temps passer et a fait un super travail.

Puis, il est revenu me voir une semaine après en me disant qu’il ne savait toujours pas quoi faire de sa vie.

Je rencontre tellement de gens comme lui. Il n’a pas besoin de trouver sa passion. Sa passion l’a déjà trouvé. Il l’ignore simplement. Il refuse juste de croire que c’est viable. Il a juste peur d’essayer.

C’est comme un enfant qui rêve d’être comédien ou coach et qui se dit que médecin est un métier plus présentable à ses parents et qui rapporte plus d’argent. Il se force donc à étudier la médecine chaque jour. Il s’agit du mauvais choix dans la quête du bonheur.

Le problème est qu’il choisit arbitrairement de se limiter en se basant sur des croyances qu’il a imaginées au sujet du succès et de ce qu’il est censé faire.

On me demande souvent comment on devient coach. Je n’en ai aucune idée.

Quand j’étais enfant, je me trouvais trop mince, pas très séduisant, pas le rigolo de la classe, je trouvais que je manquais de charisme, de leadership. J’ai donc réfléchi à la meilleure façon d’être heureux dans ma vie privée et d’être performant dans ma vie professionnelle. J’ai donc observé toutes les personnes que j’admirais, qui réussissaient à mes yeux, et j’en ai déduit les dénominateurs communs que j’ai appliqués dans ma vie et que je transmets aujourd’hui dans mes coachings pour booster la carrière ou la quête du bonheur.

Aujourd’hui, contribuer à la réussite et l’épanouissement de mes clients contribue à mon bonheur.

Si vous êtes passionné par quelque chose, vous le sentirez, c’est quelque chose qui vous plaît et n’est pas normal pour les autres. Réfléchissez à ce que vous feriez si vous ne deviez remplir votre journée que de choses qui vous donnent du plaisir. Voici vos passions.

 


Un cadeau gratuit pour vous

Mes conseils font sens pour vous ! Alors téléchargez gratuitement un de mes livres qui va améliorer votre vie, vos relations et votre carrière.

Choisissez votre livre gratuit

Articles associés