29 juillet 2019

Le danger de la manipulation émotionnelle : De Rugy, Greta Thunberg, Boris Johnson et la voiture électrique

Comment dire à son enfant qu’on est poussé à la démission avant même d’être jugé ? Ou pire, que lui dire quand on est dans son bon droit ? Est-ce que tenir un discours sur le climat tel que « notre maison brûle » inspire l’action ? Comment plaider la cause du nouveau Premier Ministre Britannique Boris Johnson qui a basé sa campagne Brexit sur un mensonge ? 

Par exemple, pourquoi dit-on que les véhicules électriques ne polluent pas ? On voit apparaitre toute sorte d’aide fiscale pour promouvoir le « rouler électrique ». Et pourtant, une voiture électrique pollue davantage qu’une voiture thermique !

Pourquoi Greta Thunberg mène un mouvement climatique ? Elle n’est pas la seule à avoir une conscience écologique. Et elle n’est surement pas la plus grande oratrice sur le sujet, ni la plus compétente. Pourquoi elle ?

La carrière politique de François de Rugy, Ministre, a été brutalement interrompue avant même un jugement, poussé à la démission pour avoir restauré un appartement ministériel et organisé des diners. Il s’avère que les travaux ont été déclaré « justifiés » par une enquête de l’assemblée nationale. 

Il y a quelque chose ici en jeu qui est un vrai danger : la manipulation des émotions au détriment de l’argumentation.

Ces 4 exemples montrent la puissance et l’impact qu’ont les émotions sur nos comportements.

Il y a un vrai besoin d’exister, (c’est un des 6 besoins fondamentaux) qui est aujourd’hui renforcé par les réseaux sociaux où l’on voit apparaitre des « fake news » en permanence, des reportages dans la presse non vérifiés avec des journaux qui font ensuite leur mea-culpa.

Et si on se basait maintenant sur des faits ? Et si la solution c’était de vérifier avant de dire ? Et si l’on proposait une vision inspirante d’un monde plutôt qu’une vision apocalyptique ?

Stop au « sophisme » et à la manipulation des émotions et développez votre intelligence émotionnelle, c’est-à-dire devenir conscient de ses émotions.

Le « Sophisme » est aujourd’hui trop utilisé. Les « Sophistes », étaient des penseurs de la Grèce antique qui développèrent la rhétorique dont le but était principalement de persuader un auditoire, bien souvent au mépris de la vérité elle-même. Ils ont été discrédités par Aristote, Socrate, Platon…

En d’autres termes, on vous tient un discours avec un raisonnement trompeur.

Par exemple, le nouveau ministre britannique a utilisé comme argument de campagne pro-Brexit un mensonge : « Nous envoyons 350 millions de livres à l’UE chaque semaine, finançons plutôt notre NHS », à savoir le service de santé public. Ce slogan, inscrit en lettres blanches sur fond rouge sur le bus de campagne des brexiters avant le référendum de 2016, est resté dans toutes les mémoires. Il a joué un rôle majeur dans la victoire du « Leave ». L’information n’était pas correcte : le transfert net s’est élevé à 135 millions de livres par semaine entre 2010 et 2014, selon la Commission européenne. Surtout, réduire le lien avec l’UE à un chiffre était en soi mensonger.

On ne vote pas pour un programme ou un candidat, on vote pour l’émotion que nous procure ce programme et cet homme. Ce qu’il propose correspond à notre vision du monde.

En s’inscrivant en protecteur des Britanniques grâce à un mensonge (qui peut croire à une incompétence ?), le cours de l’histoire a changé.

Concernant la voiture électrique, il est prouvé que son niveau de pollution après la sortie d’usine dépend d’où vient l’électricité (charbon, nucléaire, hydraulique, solaire ne rejettent pas le même niveau de CO2).

Par ailleurs, selon la firme de consultants Ricardo, en 2011, fabriquer un moteur à essence entraînait une production moyenne de 5,6 tonnes de CO2, comparativement à 8,8 tonnes pour le modèle électrique, principalement à cause des batteries. L’AEE estime pour sa part que le potentiel de toxicité (la pollution de l’air liée à l’extraction et au raffinage des métaux comme le cuivre et le nickel) est 2,2 à 3,3 fois plus élevés avec les véhicules électriques.

De plus, le processus impliquant les matières premières destinées aux batteries demande de grands volumes d’eau et d’énergie, dans des pays où les normes environnementales ou de santé-sécurité sont moins strictes qu’en Europe.

Enfin, les principaux producteurs de batteries lithium-ion sont situés en Chine, Pologne, Allemagne et Thaïlande, des pays qui dépendent du charbon pour produire de l’énergie, selon une étude de Bloomberg New Energy Finance et du cabinet Berylls Strategy Adisors. Selon leur estimation, il faut atteindre 50 000 km avant qu’une voiture à essence pollue davantage qu’une Nissan Leaf équipée d’une batterie électrique de 30 kWh.

Quelle émotion cela provoque-t’il chez vous de savoir qu’une voiture électrique n’est finalement pas si écolo ?

Greta Thunberg me fait penser à ce que j’ai évoqué dans mon livre La recette du bonheur selon Picasso où j’aborde la notion, (inspiré par Nietzsche) appelée l’esprit de la peur versus l’esprit de la découverte (ouverture, optimisme et recherche de solutions). On suscite une émotion de peur pour inspirer l’action.

Cependant, la peur a des conséquences. Elle paralyse, inhibe, et peut parfois entrainer des comportements égoïstes. Tout le contraire de ce qu’on souhaite.

Prenons le cas de Martin Luther King. Il a dit « I have a dream » et a proposé dans son discours une vision du monde qu’il aimerait. Cela me semble plus constructif et suscite l’adhésion. C’est çà le leadership (tous les leaders inspirants utilisent les – Pratiques du leadership charismatique -, les PLC, voir sur le site ftconseil.com). Je ne connais pas Greta Thunberg donc n’y voyez rien contre elle, mais je pense qu’elle veut nous prendre en otage avec ces propos et qu’il y a une meilleure façon de faire que d’instaurer la peur. Une prise de conscience par des éléments rationnelles illustrant des témoignages pour susciter l’émotion sont plus convaincants. Ou alors, proposer une action simple que chacun pourrait mettre en place chaque jour. Çà, cela aurait de l’impact !

Ce que je viens de dire n’a rien d’abstrait, c’est inscrit dans la biologie, pas la psychologie, la biologie.

Le cerveau humain est découpé en 3 zones dont le système limbique qui est la partie du cerveau responsable des émotions, du comportement et des prises de décisions.

Pour inspirer l’action, susciter une émotion telle que la loyauté, la confiance , il faut donc parler au cerveau limbique en suscitant plutôt des émotions d’envies que de peur. Puis, il faut ensuite conforter cette émotion par des éléments rationnelles (c’est le Neo cortex à qui l’on parle alors).

Reformulons ce que pourrait dire Greta Thunberg pour inspirer l’action :

« J’ai été confronté aux conséquences du réchauffement climatique. Je crois que tous ensemble nous sommes capables d’y apporter des solutions. Je crois en la responsabilité de chacun. Je suis convaincu que chacun peut faire avancer cette cause, pour le bien de nos petits enfants. C’est pourquoi, je vous propose que chaque jour, chacun d’entre nous passe 5 mn, juste 5 mn à se demander s’il a été plus polluant ce jour que la veille….. »

Plus inspirant ?

Dernier exemple d’émotions manipulées. La pression a été trop grande pour François de Rugy. Quel drame pour lui de savoir que l’Assemblée Nationale, après enquête, le déclare blanchi.

Avez-vous regardé le journal TV en vous demandant combien de bonnes nouvelles versus de bonnes nouvelles ? Essayez, vous serez surpris de voir les résultats. « Good news is bad news » (les bonnes nouvelles sont les mauvaises nouvelles).

Créer des émotions négatives fait de l’audience, crée plus rapidement de la notoriété, et c’est plus facile que de proposer une vision optimiste d’un monde avec un plan pour y arriver. Je préfère « No news is good news » (pas de nouvelle = bonne nouvelle ! N’est-ce pas ce qu’on dit ?).

Tom Friedman a dit que « les pessimistes ont souvent raison. Il a ajouté ensuite que ce sont les optimistes qui ont changé le monde… »

Pour avoir de la consistance et inspirer l’action et l’adhésion, il faut une vision optimiste, créer la confiance (elle vient quand on se sent en sécurité) et la collaboration entre chacun.

J’invite chacun à développement sa conscience pour ne plus se laisser manipuler.

C’est tout le travail de mon agence : rendre accessible les compétences et savoirs qui rendent heureux, motivé et performant.

www.ftconseil.com

01 45 66 72 99

Un cadeau gratuit pour vous

Mes conseils font sens pour vous ! Alors téléchargez gratuitement un de mes livres qui va améliorer votre vie, vos relations et votre carrière.

Choisissez votre livre gratuit

Articles associés